Vos mad skills : votre différence, un super pouvoir

Vos mad skills : votre différence, un super pouvoir

Les mad skills

Vos mad skills : votre différence fait la différence !

Connaissez-vous vos mad skills ? Et savez-vous mettre en valeur ces talents atypiques qui feront peut-être de vous le candidat tant recherché ? Non ?

Ne vous inquiétez pas. En effet, il est encore temps de le faire et vous donner ainsi encore plus de chances d’obtenir l’emploi tant désiré dans l’entreprise de votre choix.

Et pour cela, je vous propose de faire un tour complet sur ces mad skills :

  • Que sont les mad skills ?
  • Quelle est la différence entre les mad skills et les hobbies et centres d’intérêt ?
  • Quels sont leurs forces et limites ?
  • Comment identifier vos propres mad skills  (méthode et exemples) ?
  • Comment mettre en avant vos mad skills dans votre CV et lors de votre entretien de recrutement ?

Que sont les mad skills ?

Non, ici, pas question des jeux comme « Mad skills motocross » mais bien de compétences. Plus exactement de « compétences folles », une notion toute droit sortie de la Silicon Valley. Néanmoins, s’il fallait donner une définition des mad skills, nous parlerions plutôt de talents atypiques, de compétences originales

Occupations, voire passions ou encore expériences insolites vécues sur la durée, elles montrent de vous un engagement profond, des traits de personnalité. Voire même des compétences ou connaissances élevées acquises dans un domaine précis.

Ces mêmes compétences qui pourraient bien permettre à votre CV de rejoindre le haut de la pile lors du processus de recrutement.

Bénévolat, pratique d’un sport de haut niveau, compétences dans les nouvelles technologies… Ne laissez plus vos compétences dans l’ombre.

Vos mad skills : forces et limites

Certes, vos mad skills pourront vous permettre de faire la différence parmi les candidats. Néanmoins, elles offrent également quelques limites dont il est bon de se souvenir si on ne veut pas être déçu.e ou pire, voire sa candidature écartée par l’entreprise. Faisons le point ensemble.

Les forces de vos mad skills

Vos mad skills peuvent être de véritables atouts pour les raisons suivantes :

  • Assurément, un vécu ou une compétence atypique attise tout de suite la curiosité. Et les recruteurs ne font pas exception.
  • De plus, elles permettent de démontrer quelques qualités et compétences supplémentaires quand on a peu d’expérience professionnelle. Par exemple, quand on est jeune diplômé.e.
  • Par ailleurs, vos mad skills peuvent faire écho à un goût partagé par le recruteur ou des valeurs de l’entreprise (ex : engagement dans la protection de l’environnement)
  • En outre, plus votre mad skill est atypique et plus elle vous permettra de faire la différence parmi les CV souvent semblables des autres candidats. C’est votre « truc en plus ».
  • Enfin, des hard skills (compétences techniques) et soft skills (compétences comportementales) y sont inconsciemment associées. De cette façon, on imaginera souvent qu’un capitaine d’équipe sportive sait faire preuve de leadership.

Et ces seules raisons expliquent déjà pourquoi il est essentiel d’identifier vos mad skills et d’apprendre à les mettre en valeur. Et ce, tant sur votre CV que lors de l’entretien d’embauche. Mais cela ne signifie pas pour autant manquer de vigilance sur leurs limites.

Mad skills pour faire la différence

Les limites des mad skills

Assurément, vos mad skills peuvent se révéler de véritables atouts. Néanmoins, elles ont quelques limites à prendre en compte comme celles-ci :

  • Comme vu précédemment, elles souffrent de biais, d’idées reçues… en bien comme en mal. Or, avoir réalisé un tour du monde ne fait pas toujours de vous une personne extravertie, cultivée… 
  • De plus, selon le travail visé, il vaut mieux éviter de partager certaines passions, activités ou exploits dont le sujet peut s’avérer sensible. Par exemple : fonction politique, association religieuse, syndicalisme de père en fils…
  • Par ailleurs, à ce jour, tous les recruteurs ne sont pas encore sensibles à ce type de compétences, qui intéressent encore essentiellement les petites structures.
  • Et pour finir, il ne faut pas confondre simple hobby (ex : lecture occasionnelle de romans) et mad skill (ex : auteur d’un blog littéraire ou écrivain publié).

Comment identifier vos mad skills ?

Exemples de mad skills

Comme nous l’avons vu précédemment, il s’agit d’expériences atypiques, extra-professionnelles plus que de simples hobbies. Néanmoins, inutile d’en faire état s’il s’agit d’activités ponctuelles ou dans lesquelles vous n’avez pas une expertise suffisante. C’est un peu comme mettre « lecture » ou « voyages » dans vos centres d’intérêt alors que vous ne lisez qu’un roman ou deux à l’année et n’avez franchi la frontière que le temps d’un week-end ou deux.

Ici, on parle de ces petits plus qui vous rendent unique.

En voici quelques exemples :

  • Bénévolat actif avec un vérirable engagement sur la période
  • Mentorat
  • Ecriture et publication de nouvelles, de livres
  • Présidence ou trésorerie d’une association
  • Discipline sportive de haut niveau
  • Pratique de sports à sensation
  • Présidence, entraîneur d’un club
  • Capitaine d’une équipe
  • Expositions artistiques
  • Jouer d’un instrument lors de concerts ou spectacles
  • Faire partie d’un groupe musical
  • Voyage autour du globe ou destinations atypiques (format ou pays visités)
  • Vie dans un autre pays pendant plusieurs mois ou années (culture et / ou langue différente)
  • Expertise digitale (cryptomonnaie, métaverse…)
  • Passion pour l’Histoire et participation à des reconstitutions historiques
  • Pompier bénévole
  • Réserviste auprès de la gendarmerie
  • Discipline, domaine que peu de personnes connaissent ou maîtrisent
  • Passions ou domaines pour lesquels vous êtes reconnu comme expert
  • Domaine dans lequel vous avez obtenu des trophées ou autres récompenses
  • Conférencier sur un sujet précis
  • Possession d’une chaîne Youtube ou de podcasts
  • Création et animation d’un blog/vlog
  • Membre d’une chorale 
  • Réalisation de maquettes

Exemples de qualités et compétences attribuées aux mad skills

Comme expliqué précédemment, nous attribuons souvent des traits de personnalité, qualités, compétences et connaissances aux personnes selon leurs activités ou leur vécu. Et ce, à tort ou à raison.

En voici quelques exemples :

Compétences "démentes" et sport

Soft skills (qualités comportementales) : leadership, stratégie, esprit d’équipe, goût du challenge, sens de la compétition, capacité à gérer de la pression et l’échec…

Hard skills (compétences et connaissances) : culture sportive, réglementation sportive, procédures d’arbitrage, coaching sportif, méthodes pédagogiques, anatomie…

soft skills liées à une pratique sportive

Compétences "démentes" et disciplines artistiques

Soft skills : créativité, innovation, curiosité, autonomie, imagination, sens de l’esthétique, ouverture d’esprit, patience…

Hard skills : culture artistique, compétences techniques (peinture à l’huile, dessin…), méthodes d’enseignement, logiciels de dessin assisté par ordinateur, logiciels de traitement d’image, montage vidéo, management de projet, solfège, organisation événementielle, réseautage, techniques de chant…

Compétences "démentes" et bénévolat / volontariat

Soft skills : intelligence émotionnelle, esprit d’équipe, esprit d’initiative, autonomie, écoute…

Hard skills : compétences et connaissances liées à l’activité exercée (événementiel, gestion de budget, animation, méthodes pédagogiques, techniques de négociation, management d’équipe, management de projet…)

Mad skills et bénévolat

Compétences "démentes" et tour du monde ou expatriation

Soft skills : autonomie, flexibilité, ouverture au changement, sens de l’organisation, ouverture au monde, tolérance, persévérance, capacité à résoudre des problèmes…

Hard skills : compétences et connaissances liées à l’activité exercée lors de l’expatriation, organisation de voyages, management de projet, connaissance de langues étrangères, connaissances culturelles (géographie, traditions…), procédés de communication inter-culturelles, démarches administratives…

Comment mettre en valeur vos mad skills ?

Maintenant que vous avez identifié vos mad skills, sans doute vous demandez-vous comment mettre en valeurs ces talents atypiques. Et ce, que ce soit dans votre CV ou lors de l’interview de recrutement. Voici quelques pistes pour ne pas passer inaperçu.e face à un employeur.

Mettre en valeur ses mad skills sur le CV

Il  y a plusieurs façons, pour un candidat, de mettre en avant ses mad skills sur son CV.

Tout d’abord, la plus classique, à savoir dans les rubriques « Centres d’intérêt » et « Compétences professionnelles ». Mais vous pouvez également ajouter à votre CV une rubrique « Expériences extra-professionnelles. 

Alors voici quelques conseils pour mener à bien cette mission qui vous démarquera parmi tous les profils standards.

La rubrique Centres d'intérêt

Cette rubrique (appelée parfois « Hobbies » ou, en français, « Loisirs ») est certainement la façon la plus connue d’évoquer ses mad skills sur son CV. Mais attention, oubliez les traditionnels « lecture/voyages… » que l’on retrouve sur tous les CV ou presque. En effet, l’objectif est de retenir l’attention et non de remplir une case. De ce fait, ne vous contentez pas de lister vos loisirs ponctuels. Assurément, il s’agit de faire la différence ici en indiquant, par exemple :

  • les récompenses reçues
  • le poste occupé dans l’équipe et le nom du club
  • le thème et l’adresse de votre chaîne Youtube (ou un QR code)
  • le nom de votre chorale et votre tessiture si vous chantez
  • la compagnie de théâtre à laquelle vous appartenez
  • le titre du livre que vous avez écrit et publié ou votre domaine d’écriture
  • les pays que vous avez visités
Comment mettre en valeur vos compétences folles sur un CV ?

La rubrique Compétences professionnelles

Cela peut paraître surprenant mais vous pouvez effectivement mettre certaines compétences issues de vos mad skills dans cette rubrique. En effet, certaines compétences sont transférables. C’est le cas des soft skills (compétences comportementales et relationnelles). Mais également de certaines hard skills. Assurément, si vous avez l’habitude de faire du montage vidéo ou d’écrire des articles pour votre blog, cela pourra également s’avérer utile pour un travail en communication ou marketing digital. 

Et parce que certains vécus, un talent « fou », méritent davantage qu’une petite ligne sur un CV, vous pouvez les partager plutôt dans une rubrique Expériences extra-professionnelles.

La rubrique Expériences extra-professionnelles

Des occupations comme le bénévolat, le volontariat, la vie associative ou un voyage autour de la planète valent à coup sûr une mise en lumière. De plus, quand elle correspondent à une période sans activité professionnelle, elles permettent au candidat de mieux faire passer quelques trous dans le CV.

Et pour mettre en valeur ces occupations atypiques sur la durée, quoi de mieux qu’une rubrique Expériences extra-professionnelles. Cette dernière sera mise au même niveau que les rubriques principales du CV.

Mais quelles informations reporter pour décrire ces mad skills ?

Tout d’abord, posez-vous des questions comme celles-ci (à adapter selon l’expérience vécue) :

  • Qu’est-ce qui vous a poussé, donné envie de la vivre, de vous lancer ?
  • Que vous a-t-elle apporté comme compétences relationnelles et savoir-faire ? 
  • Qu’avez-vous retiré de ces activités ? 
  • Quels résultats éventuels avez-vous obtenus
  • Quels objectifs avez-vous atteints ?

Puis organisez les informations pertinentes comme vous le feriez pour vos expériences professionnelles.

Préparation d'un tour du monde

Mettre en valeur ses mad skills face aux recruteurs

Lors d’une interview de recrutement, les mad skills pourront être évoquées dans au moins les deux cas suivants :

  1. Tout d’abord, si le recruteur rebondit sur les informations correspondantes présentes sur votre CV ou votre lettre de motivation.
  2. Et ensuite, si vous choisissez de les évoquer pour mettre en avant une compétence particulière.

Dans le premier cas, les questions évoquées précédemment (« La rubrique expériences extra-professionnelles »), vous aideront certainement à répondre de façon satisfaisante aux recruteurs. Mais pour être encore plus efficace, essayez toujours de mettre en lumière les bénéfices potentiellement intéressants pour les postes et entreprises ciblés.

Et dans le deuxième cas, soyez pertinent.e. En effet, il faut que le lien avec la compétence revendiquée soit clair. De ce fait, pour cela, n’hésitez pas à l’illustrer par un exemple tiré de cette activité qui vous mette bien en valeur.

Et dans tous les cas, pour bien structurer vos propos, n’hésitez pas à utilliser la méthode STAR (structure « Situation, Tâche, Action, Résultat »).

Et comme vous l’aurez compris, cela se prépare avant les entretiens. De ce fait, imaginez toutes les compétences que vous détenez en lien avec le poste et préparez vos exemples en amont.

Différence entre les hobbies et les mad skills

Quelle est la différence entre les mad skills et les centres d'intérêt ?

En fait, vos loisirs et autres domaines de prédilection peuvent être des mad skills (voir exemples ci-dessus). Mais ce ne sera pas le cas de tous les hobbies. Effectivement, quand nous parlons de mad skills ou compétences « folles », il y a une notion d’exceptionnel ou d’atypique

Par exemple, lire quelques romans à l’année ne pourra être considéré comme une compétence atypique. Assurément, cela ne fera pas de vous un expert en littérature. Et de la même façon, faire du tennis « de loisir »  ne vous distinguera pas de beaucoup de personnes.

Mais, par contre, consacrer votre temps libre à alimenter un blog littéraire ou cinéphile, faire du sport de haut niveau ou à vous consacrer aux autres via des missions de bénévolat, vous fait « sortir du lot » à coup sûr.

Mad skills : pour conclure

Les mad skills ou compétences folles sont de véritables atouts pour faire la différence lors de sa recherche d’emploi

Néanmoins, ne vous y trompez pas. En effet, comme toute compétence, elle ne suffit pas à elle seule à décrocher le job tant désiré. En fait, c’est bien l’association de vos hard skills, soft skills et mad skills qui vous feront paraître le candidat idéal auprès d’un recruteur. 

De plus, à ce jour, cette nouvelle tendance qui vise à regarder autant la personnalité que le savoir-faire est essentiellement limitée aux petites entreprises (PME, start-ups…). 

De ce fait, ne négligez pas votre « petit truc en plus » pour montrer votre singularité, ce qui fait que vous êtes unique, mais ne misez pas tout sur lui.

Et vous, avez-vous découvert ce qui fait votre différence ? Et savez-vous le mettre en valeur ?

Partagez avec nous vos astuces et autres conseils ou vos questions et remarques.

J’y répondrai avec plaisir.

Au plaisir de vous lire.

Sophie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.